l’armée israélienne affirme avoir « déjoué » l’attaque aérienne sans précédent menée par Téhéran, avec « 99 % des tirs » interceptés

| 4,914


L’Iran estime s’être vengé et met en garde Israël

L’Iran a appelé dimanche Israël à ne pas réagir militairement à son attaque inédite lancée dans la nuit, qu’il a présentée comme une riposte justifiée à la frappe ayant détruit son consulat à Damas le 1er avril, qu’il impute à Israël.

« L’affaire peut être considérée comme close », a annoncé la mission iranienne à l’ONU dans un message posté sur X trois heures après le début de son opération. Mais, a-t-elle aussitôt prévenu, « si le régime israélien commettait une nouvelle erreur, la réponse de l’Iran serait considérablement plus sévère ».

Aucun dirigeant de la République islamique ne s’est exprimé durant la nuit pour justifier cette première attaque ayant visé directement Israël depuis la révolution de 1979 en Iran. Elle a été menée par les gardiens de la révolution, l’armée idéologique du pouvoir, qui ont lancé des dizaines de drones et de missiles en direction de sites militaires sur le territoire israélien, avant que les engins ne soient détruits à « 99 % », selon l’armée de l’Etat hébreu.

Cette « action militaire de l’Iran est une réponse à l’agression du régime sioniste contre nos locaux diplomatiques à Damas », a avancé la mission iranienne à l’ONU. Elle a été « menée sur la base de l’article 51 de la Charte des Nations unies relatif à la légitime défense », a-t-elle encore dit. Ces deux dernières semaines, les autorités iraniennes avaient affirmé leur volonté de « punir » Israël après la mort de sept gardiens de la révolution, dont deux généraux des Forces Al-Qods, dans la destruction du consulat iranien en Syrie. Israël « sera giflé », avait ainsi prévenu le Guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei.

Israël est depuis la révolution de 1979 l’ennemi juré de la République islamique, qui appelle à sa destruction au profit d’un Etat palestinien. Mais, jusqu’à présent, Téhéran s’était gardé de l’attaquer frontalement, préférant soutenir les actions menées par les autres membres de l’« axe de la résistance », le Hezbollah libanais et les rebelles houthistes yéménites depuis le début de la guerre dans la bande de Gaza entre Israël et le Hamas le 7 octobre.

Quelques heures avant les frappes, l’Iran a saisi samedi un porte-conteneurs accusé d’être « lié » à Israël avec 25 membres d’équipage à bord dans les eaux du Golfe. « Un acte de piraterie » dénoncé par Washington.

Dans la nuit, Téhéran a aussi mis en garde les Etats-Unis, les exhortant à « rester à l’écart » de son conflit avec Israël. « Toute menace émanant du gouvernement terroriste américain et du régime sioniste (…) entraînera une réponse réciproque et proportionnée de la part de la République islamique d’Iran », ont averti les gardiens de la révolution tôt dimanche. « Si nécessaire », Téhéran « n’hésitera pas à prendre des mesures défensives pour protéger ses intérêts contre toute action militaire agressive », a renchéri le ministère des affaires étrangères.

« La prochaine gifle sera plus violente », a prévenu la nouvelle fresque murale dévoilée dans la nuit sur la place Palestine à Téhéran, où quelques milliers de personnes se sont rassemblées dans la nuit en criant « Mort à Israël » et « Mort à l’Amérique ».

L’ambassadeur israélien aux Nations unies Gilad Erdan a lui interpellé sur X le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, dans la nuit, déclarant : « L’Iran a violé la charte de l’ONU et a montré qu’il constitue une menace pour la paix et la sécurité mondiales. Où est ta voix ?? Où est ta condamnation ?? Réveillez-vous!!! ». A la demande d’Israël, une réunion d’urgence du Conseil de sécurité est prévue dimanche (22 heures, heure de Paris), après qu’Antonio Guterres, a condamné « une grave escalade ».



Source link