négociations accélérées en vue d’une trêve, largages aériens d’aide humanitaire au-dessus de Gaza… Ce qu’il faut savoir

| 2,168


Des palestiniens regardent l’armée américaine effectuer son premier largage d’aide humanitaire au-dessus de la ville de Gaza, le 2 mars 2024.

Après quasi cinq mois de guerre, qui ont fait plus de 30 300 morts dans la bande de Gaza, et alors que le Qatar, les Etats-Unis et l’Egypte tentent d’arracher un accord de trêve à Israël et au Hamas, l’armée israélienne a poursuivi ses bombardements de la bande de Gaza, samedi 2 mars, notamment sur Khan Younès et Rafah, dans le sud de l’enclave palestinienne.

Les frappes israéliennes ont fait au moins 92 morts ces dernières vingt-quatre heures, a déclaré samedi le ministère de la santé du Hamas. Selon lui, au moins onze personnes ont notammen été tuées samedi, « et près de 50 autres blessées, dont des enfants », dans une frappe sur un camp de tentes abritant des déplacés près d’un hôpital à Rafah. L’armée israélienne a affirmé pour sa part avoir mené « une frappe de précision » contre des combattants du Jihad islamique, deuxième groupe armé de la bande de Gaza, et n’avoir causé « aucun dommage à l’hôpital dans la zone ».

Des images diffusées sur les réseaux sociaux, dont l’AFP n’a pas pu vérifier la provenance de manière indépendante, montrent plusieurs personnes en sang allongées sur la chaussée et des secouristes prenant en charge les blessés.
Un journaliste de l’AFP sur place a vu des personnes blessées sur des brancards transportées vers un autre hôpital de Rafah.

Dans un message publié sur X, le patron de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a qualifié d’« épouvantables » et d’« atroces » que des tentes de déplacés aient pu être prises pour cibles. « Les personnels de santé et les civils ne sont pas une cible et doivent être tout le temps protégés », a-t-il ajouté en appelant à un « cessez-le-feu ». Près de 1,5 million de Palestiniens, en grande majorité des personnes déplacées par les combats et les raids aériens israéliens dans le reste de la bande de Gaza assiégée, s’entassent dans la ville à la pointe sud de l’enclave.

• Les négociations pour une trêve reprennent dimanche au Caire

Une délégation du Hamas était attendue samedi au Caire, où doivent reprendre dimanche les négociations pour une trêve à Gaza, a déclaré une source proche du mouvement islamiste palestinien, ainsi que la chaîne égyptienne Al Qahera News, proche du renseignement égyptien.

Le Qatar, les Etats-Unis et l’Egypte tentent d’arracher un accord entre le Hamas et Israël, prévoyant une trêve de six semaines associée à une libération d’otages en échange de prisonniers palestiniens détenus par Israël. Le 25 février, des technocrates égyptiens, qataris, américains, israéliens, et des cadres du Hamas avaient discuté à Doha et Le Caire avait annoncé que le pays accueillerait le prochain round. Le président américain, Joe Biden, avait affiché en début de semaine son « espoir » quant à la signature d’un accord d’ici au début du ramadan, avant de nuancer son intervention.

Environ 250 personnes ont été enlevées et emmenées à Gaza durant l’attaque sans précédent du Hamas, le 7 octobre, en Israël qui a entraîné la mort de 1 160 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l’AFP à partir de données officielles israéliennes.
En représailles, Israël a juré « d’anéantir » le Hamas et lancé une vaste offensive terrestre et aérienne qui a fait plus de 30 300 morts à Gaza, en grande majorité des civils, selon le ministère de la santé du Hamas.

• « La balle dans le camp du Hamas », selon Washington

Un bâtiment endommagé à Gaza, dans le cadre du conflit entre Israël et le groupe islamiste palestinien Hamas, le 2 mars 2024.

Samedi, un haut responsable américain a, de son côté, assuré, sous couvert d’anonymat, qu’Israël avait « plus ou moins » donné son accord pour une trêve et que désormais « la balle était dans le camp du Hamas » pour qu’elle entre en vigueur.

L’accord en l’état prévoirait un « cessez-le-feu de six semaines [qui] pourrait commencer aujourd’hui à Gaza si le Hamas acceptait de libérer une catégorie bien définie d’otages vulnérables », a-t-il dit, tout en précisant que, pour l’heure, « les discussions continuaient ».

Selon la source proche du mouvement islamiste, qui s’est exprimée auprès de l’AFP, citée plus haut, l’accord porté par le Hamas exige aussi le retrait des troupes israéliennes de la bande de Gaza, le retour dans le nord du territoire des Gazaouis déplacés et l’entrée d’aide humanitaire pour la population menacée de famine, dans le cadre des négociations sur une trêve.

En Israël, près de 15 000 personnes sont par ailleurs arrivés samedi à Jérusalem à l’issue d’une marche de quatre jours destinée à faire pression sur le gouvernement israélien pour qu’il parvienne à un accord avec le Hamas sur la libération des otages retenus à Gaza.

Des familles et des sympathisants des otages enlevés lors de l’attaque meurtrière du Hamas du 7 octobre contre Israël participent à un rassemblement après une marche de quatre jours pour demander la libération des otages, à Jérusalem, le 2 mars 2024.

• Premiers largages d’aide humanitaire américaine

Les Etats-Unis ont mené samedi une première opération de largage aérien d’aide humanitaire sur la bande de Gaza, menacée de famine selon les Nations unies. Trois avions militaires américains ont largué 66 « colis » équivalant à plus de 38 000 repas, dans une opération conjointe avec la Jordanie, selon un responsable du commandement militaire américain pour le Moyen-Orient (Centcom).

L’opération américaine survient deux jours après des tirs de soldats israéliens sur une foule affamée qui se ruait sur un convoi d’aide humanitaire dans la ville de Gaza, un drame qui a fait 116 morts, selon le mouvement islamiste palestinien. Face aux difficultés pour acheminer l’aide humanitaire par la route, notamment vers le nord du territoire assiégé, plusieurs pays ont récemment parachuté des cargaisons, notamment la Jordanie avec le soutien de la France, les Pays-Bas et le Royaume-Uni, ainsi que l’Egypte, en coopération avec les Emirats arabes unis.

De l’aide humanitaire est larguée par les Etats-Unis au-dessus de la ville de Gaza, samedi 2 mars 2024.

Les largages d’aide humanitaire sur Gaza « ne peuvent pas se substituer à la nécessaire entrée d’assistance par le plus de routes terrestres possibles », a toutefois déclaré samedi un haut responsable américain, lors d’un entretien avec la presse. Un autre responsable a affirmé que les Etats-Unis réfléchissaient aussi à des livraisons d’aide par voie maritime.

Le Monde

Réutiliser ce contenu



Source link